Formats de contenu, rythme, timing, longueur, hashtags, mentions… Voici les 10 leçons à tirer de la 4ème étude annuelle de référence « Recherches sur l’algorithme de LinkedIn ». En tout cas pour les profils

C’est LE rapport qu’il faut lire et relire quand on publie du contenu sur LinkedIn ! Basée sur plus de 9500 posts publiés par 200 membres de LinkedIn issus de 30 pays, la 4ème édition de l’étude annuelle de référence « Algorithm Research » permet en effet d’optimiser sa stratégie de contenus. Comme aucune autre. Et je ne le dis pas seulement parce que ce rapport de 57 pages est signé « Just Connecting« , le hub international d’expert.e.s LinkedIn créé par Richard van der Blom… et dont je fais partie.

Il est possible d’en tirer des conclusions pour les pages (lire « Pages LinkedIn : Les 10 bonnes pratiques tirées de l’étude de référence sur l’algorithme ») et pour les profils, que nous traitons ici.

Stratégie LinkedIn en amont

Avant d’entrer dans les principales leçons à tirer de cette étude lorsque l’on publie du contenu sur LinkedIn, ce qui est le cas de moins de 5% des membres en Belgique, rappelons tout de même qu’un contenu non pertinent pour ses cibles, un post purement (auto-)promotionnel par exemple, ne rencontrera jamais le succès, même s’il est « optimisé ». Et qu’atteindre des millions d’impressions au Guatemala si vos prospects sont en Belgique ou en France n’aurait aucun intérêt.

Bref, avant de prendre en compte les conclusions de cette étude, mieux vaut (re)définir ses cibles, son positionnement, sa ligne éditoriale, ses objectifs…

Maintenant que le contexte et les précautions d’usage sont posés, voici la liste des conseils que l’on peut donner sur base de cette étude. Je les ai rédigés sous forme de questions-réponses.

1. Quel est le meilleur format de contenu sur LinkedIn ?

Publiez des documents (PDF), des sondages, des carrousels ou des posts avec plusieurs images !

Ces formats sont en effet dans le haut du classement des formats de publication LinkedIn qui génèrent le plus de portée ou d’impressions, si l’on prend comme référence la performance moyenne d’un post textuel accompagné d’une image unique, c’est-à-dire le format le plus populaire sur LinkedIn :

  • Le document

En moyenne, sur LinkedIn, le format « document » (PDF) génère une portée 2,2 à 3,4 fois supérieure à la portée d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

Comptez 4 à 11 slides peu textuels (max. 60 mots/page) par document pour optimiser votre post. Dont une première page très visuelle et au moins un slide avec votre photo.

  • Le sondage

En moyenne, sur LinkedIn, le sondage génère une portée 2,1 à 2,9 fois supérieure à la portée d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

Pour en profiter pleinement, optez pour un texte de maximum 1000 signes, maximum 2 réponses et une durée de validité d’une semaine.

  • Le carrousel (nouveau)

En moyenne, sur LinkedIn, le carrousel génère une portée 1,8 à 2,3 fois supérieure à la portée d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

  • Le texte accompagné de plusieurs images

En moyenne, sur LinkedIn, le texte accompagné de plusieurs images génère une portée 1,2 à 1,6 fois supérieure à la portée d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

  • Le texte accompagné d’une image unique

Il s’agit, dans cette étude, du format de référence.

On notera toutefois en passant que poster un selfie est porteur, ce type de post générant en moyenne 2,5 à 3 fois plus d’impressions de les publications avec une image plus « standard ».

  • Le post vidéo

En moyenne, sur LinkedIn, le texte accompagné d’une vidéo génère une portée située entre 0,5 et 0,8 fois celle d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

  • Le post créé avec un lien externe

En moyenne, sur LinkedIn, le post créé avec un lien externe génère une portée située entre 0,4 et 0,5 fois celle d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

  • Célébrer une occasion

En moyenne, sur LinkedIn, le post de type « Célébrer une occasion » génère une portée située entre 0,3 et 0,6 fois celle d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

  • Newsletters

En moyenne, sur LinkedIn, une newsletter génère une portée située entre 0,2 et 0,9 fois celle d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

  • Publication avec plusieurs liens

En moyenne, sur LinkedIn, une publication avec plusieurs liens génère une portée située entre 0,2 et 0,4 fois celle d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

  • Article

En moyenne, sur LinkedIn, un article génère une portée située entre 0,1 et 0,2 fois celle d’un post « classique » (texte accompagné d’une image unique).

Formation

Apprenez à utiliser Linkedin comme un.e pro

Découvrez le programme

2. À quelle heure faut-il publier sur LinkedIn ?

D’après l’étude de Just Connecting toujours, l’horaire idéal pour publier sur LinkedIn est le suivant :

  • le lundi de 10 à 13h
  • Le mardi de 8 à 11h
  • Le mercredi de 9 à 12h
  • Le jeudi de de 8 à 11h
  • Le vendredi de 13 à 15h
  • Le samedi de 10 à 13h30
  • Le dimanche de 13 à 15h

Comme les 90 premières minutes de vie de vos posts sont décisives pour leur viralisation immédiate (les 8 premières heures influencent le plus long terme), pensez à publier aux heures idéales… de vos cibles. Et restez sur la plateforme pour interagir avec les premiers commentaires, en tout cas dans les 12 premières heures, et/ou pour interagir avec au moins 3 posts publiés par des membres de votre réseau (Lire « LinkedIn : de l’art de commenter »). Il y a 20% de portée supplémentaire pour votre propre post à la clé !

3. Y a-t-il un rythme de publication idéal sur LinkedIn ?

Depuis des années, j’ai tendance à recommander la publication de 1 à 3 posts/semaine pour les profils. Et à les espacer.

L’étude confirme cette bonne pratique pour les profils LinkedIn : publier avec un intervalle de minimum 18 heures est nécessaire. Sauf, bien sûr, si vous cherchez à impacter négativement la portée de vos posts (-15% sur 2 posts endéans le délai de 18 heures, et -25% sur 3 posts).

« Bien que le fait de publier plus de messages par jour augmentera probablement votre portée globale, votre portée moyenne par message diminuera », précise Richard van der Blom.

Or, si vous publiez plusieurs messages d’affilée avec des taux d’engagement faibles, LinkedIn réduira la portée du message suivant, l’algorithme se souvenant de la « pertinence » (en termes d’engagement, de temps passé et taux de clics) de vos 10 à 15 dernières publications.

4. Combien de hashtags faut-il inclure dans une publication LinkedIn ?

Ajoutez minimum 3 et maximum 10 hashtags dans vos publications LinkedIn. Mixez les hashtags spécifiques et les hashtags populaires. Et peu importe qu’ils soient placés dans votre texte ou à la fin de votre post.

Par ailleurs, l’étude affirme que créer son propre hashtag influence considérablement la portée de ses posts, car cela offre à votre public la possibilité de s’engager avec plusieurs posts… À condition que votre hashtag soit suivi par au moins 1000 personnes… (Ce qui n’est pas encore mon cas, foncez sur #LinkedInAvecXavier).

Enfin, les hashtags intégrés dans les commentaires d’un post sont référencés… mais n’influencent pas la portée de la publication.

5. Taguer des personnes et des entreprises sur LinkedIn est-il efficace ?

Prudence, prudence… Taguer des membres de LinkedIn ou des page d’entreprise, c’est-à-dire les mentionner en commençant par un @, est une bonne idée… si on se limite à 15 mentions par post et si, une fois notifiée, cette personne ou cette entreprise interagit avec votre post. Inutile, donc, de multiplier les mentions moins pertinentes dans l’espoir d’une portée amplifiée.

Fait étonnant : ajouter des tags/mentions comme boosters dans les commentaires ne comporte aucune risque. C’est même une tactique particulièrement efficace à mettre en oeuvre… après avoir reçu 3 à 5 commentaires d’autres personnes.

6. Est-il souhaitable d’ajouter des émojis sur LinkedIn ?

Pour faciliter la lecture de votre post, ajouter des émojis est conseillé. Mais pas plus de 10 émoticones par post LinkedIn (et pas plus de 4 sur la même ligne), sous peine d’avoir une portée limitée.

7. Quelle est la longueur idéale d’un post LinkedIn ?

La tendance est à la baisse. Mais tout de même… Idéalement, pour performer sur LinkedIn, vos posts devraient compter entre 1200 et 1600 signes (contre 1500 à 2000 l’an dernier).

Je recommande fortement d’éditer ses posts longs, avec des retours à la ligne (non-systématiques), pour en faciliter la lecture. Et pour pousser les lecteurs/trices à cliquer sur le petit bouton « Voir plus » qui s’affiche après trois lignes, cette interaction étant fortement valorisée par LinkedIn. Par contre, évitez à tout prix les doubles, triples ou quadruples retours à la ligne !

Et les caractères spéciaux et autres polices importées, alors ? Comme je ne cesse de le répéter, il vaut mieux ne pas en abuser (et ne jamais les utiliser sur vos mots-clés s’ils ne sont pas répétés dans la police par défaut). Trois lignes de police spéciale d’affilée et boum, c’est la case prison pour votre post.

Marketing digital et réseaux sociaux

Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle gratuite !

Je m’abonne

Sans réelle surprise, les posts écrits en plusieurs langues sont à bannir. Quand LinkedIn ne pas comprendre à qui montrer vos posts, LinkedIn ne rien faire du tout.

Et relisez-vous avant de publier ! Une modification de votre message dans ses 10 premières minutes de vie entraîne une réduction de 10 à 40% de sa portée…

8. Réagir, commenter, partager, sauvegarder… Quelle interaction rechercher sous son post LinkedIn ?

Recevoir un commentaire sur votre message est 12x plus efficace que de recevoir un « j’aime« .

Ne soyez pas pour autant le premier/ la première à commenter votre propre post LinkedIn. Cela réduirait sa portée de 20 %.

Veillez aussi à ne pas « épingler votre commentaire » (nouvelle fonctionnalité 2022) trop rapidement. Après 24h, c’est idéal pour relancer les machines.

Pour rappel (voir la première question), les personnes qui partagent un post, y compris les « reposts » sans le moindre ajout de texte, augmentent considérablement la portée… du post original.

Si l’étude ne mentionne pas l’impact de l’envoi en message privé d’un post sur sa viralisation, elle indique que sa sauvegarde « donne la priorité à votre contenu ».

9. Activer le mode créateur de LinkedIn augmente-t-il la portée des publications ?

Oui. Les membres LinkedIn dont le mode créateur est activé (Lire « Comment profiter du mode créateur ? ») reçoivent en moyenne 15 à 35% de portée supplémentaire. Et, depuis septembre, on constate une hausse de 15 à 20% du taux d’engagement des créateurs de contenus les plus populaires et les plus prolixes.

10. Quel est l’impact du Social Selling Index (SSI) de LinkedIn sur la visibilité des posts ?

« Bien que la fiabilité et la corrélation du score S.S.I. (Social Selling Index) avec votre portée aient encore diminué, vous recevez toujours +25% de portée si votre score LinkedIn est supérieur à 70″, indique Richard van der Blom.

Si vous avez apprécié cet article gratuit, merci de le partager… sur LinkedIn, de préférence en mentionnant @Xavier Degraux @Richard van der Blom ou @Just Connecting. Merci !

Xavier Degraux

Xavier Degraux 2023

Xavier Degraux

Trainer, consultant and speaker in digital marketing, content strategy and social media

Write a response … Close responses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like