Découvrez les statistiques belges de l’étude 2022 de We Are Social / Hootsuite sur le digital et les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, TikTok…) !

Questions… Combien de temps les Belges passent-ils sur les réseaux sociaux chaque jour ? En Belgique, sur combien de réseaux sociaux est-on présent, en moyenne ? Facebook est-il toujours le premier réseau social du Royaume ? Les Belges ont-ils modifié leurs comportements depuis le début de la crise sanitaire ? Et comment évoluent YouTube, Facebook, Instagram, TikTok, Whatsapp, Pinterest, Messenger, Twitter, Linkedin, Snapchat ou encore Twitch ?

Comme chaque année, voici mes tentatives de réponses, piochées dans les deux vagues de l’étude de We Are Social / Hootsuite (intégrées dans des liseuses disponibles tout en bas de cet article). Ainsi que mes comparaisons avec les statistiques de l’an dernier… lorsqu’elles sont possibles et pertinentes.

9,52 millions de Belges sur les réseaux sociaux

Sur les 11,65 millions de Belges (+0,3% sur un an), 9,52 millions sont actives/tifs sur les réseaux sociaux, soit 81,7% de la population.

Par rapport à 2021, cela représente une progression de 7,8%, soit environ 690.000 Belges de plus sur les réseaux sociaux en un an.

Et où se situe le taux de pénétration belge par rapport aux autres pays ? La moyenne de l’étude (47 pays) se situe à 58,4%, les Pays-Bas au-delà de 90%, l’Allemagne à 86,5% et la France à 80,3%.

Belgique : moins de temps sur les réseaux sociaux

Autre question récurrente, ces derniers mois : le déconfinement progressif a-t-il directement impacté le temps passé par les Belges sur Facebook, Instagram et compagnie ? Et si oui, dans quel sens ?

Difficile d’être affirmatif à 100%, d’autres facteurs pouvant entrer en ligne de compte (phénomène d’usure, absence de contenus forts, vieillissement…). Mais force est de constater qu’en moyenne, les internautes belges âgés entre 16 et 64 ans ont passé 1h34 par jour sur les réseaux sociaux en 2021, contre 1h45 en 2020. Cette baisse de 11% contraste avec les hausses de 9 minutes en 2020 et de 5 minutes en 2019.

On notera en passant que la Belgique se situe toujours dans le bas du classement établi par We Are Social, la moyenne des pays étudiés se situant à 2h27 de consommation par jour (contre 2h25 en 2020).

Retour en Belgique pour constater que la consommation des différents médias a évolué en sens divers en 2022. Si les réseaux sociaux ont perdu 11 minutes, à 1h34 par jour, Internet a progressé de 5%, à 5h45 par jour, la télévision a grapillé 0,5%, à 3h03 par jour, la presse (en ligne et print) a perdu près de 7%, à 1h07, la radio est plutôt stable, à 1h42 (+1%), l’écoute de podcasts continue à grimper, à 25 minute/jour (+8,7%) et les consoles reculent de 11,1%, à 40 minutes par jour.

5,6 comptes sur les réseaux sociaux en moyenne

Autre signe (important) de décrue de l’usage des réseaux sociaux en Belgique : en moyenne, les internautes belges âgés entre 16 et 64 ans possèdent à présent 5,6 comptes sur les réseaux sociaux, contre 7,4 un an plus tôt. Soit une chute de près de 25% !

Égalité hommes-femmes

Si chaque réseau a ses propres caractéristiques socio-démographique, on notera qu’en moyenne, sur l’ensemble des réseaux sociaux, la Belgique se caractérise par un parfait équilibre hommes-femmes.

Motivations

Quant aux motivations des Belges à fréquenter les Facebook et autres, elles n’évoluent guère d’une année sur l’autre. « Rester en contact avec ses amis et sa famille » et « occuper son temps libre » restent largement en tête du classement.

Cette métrique centrée sur les internautes belges de 16 à 64 ans se retrouve évidemment dans le classement des types de comptes suivis…

Pointons en passant que les Belges sont à peine 15% à indiquer suivre des influenceuses et des influenceurs sur les réseaux sociaux (pas seulement des influenceurs Belges sur Instagram, d’ailleurs), alors que la moyenne mondiale atteint 22,6%.

Recherches de marques

Au niveau de l’usage des réseaux sociaux pour trouver de l’info à propos de marques et de produits, la Belgique est en queue de peloton. Il s’agit en effet d’une pratique revendiquée par moins de 29% des internautes belges sondés.

Usage professionnel en fort recul

Et même constat en ce qui concerne l’usage des réseaux sociaux à des fins professionnelles : 11,9% en Belgique, contre 28% l’an dernier… et contre 22,9% au niveau mondial.

Qui génère du trafic social sur les sites ?

Et quels sont les réseaux sociaux qui génèrent le plus de trafic sur les sites Internet ? Facebook (+16,5%) reste le Roi incontesté, avec 71% du trafic social, devant Pinterest (en baisse de 51%), à 14%, Twitter à 6% (+7,5%)… et Instagram à 3,5%, soit une hausse de 137% probablement due à l’ajout d’un sticker « lien » dans les stories fin 2021.

Un classement général très Meta

La vague nationale de l’étude de We Are Social / Hootsuite permet d’établir un classement des réseaux sociaux qui comptabilisent le plus de Belges.

YouTube, dont on peut débattre 107 ans sur le statut de « réseau social », est largement en tête, avec ses 9,52 millions de Belges accessibles par les annonceurs (81,7% de la population), contre 8,83 millions un an plus tôt (+7,8%). Dont 50,5% de femmes.

Mais si on exclut YouTube, le groupe Meta truste les 4 premières places dans la tranche des internautes âgés de 16 à 64 ans, avec Facebook (79,3%), Messenger (72%), Whatsapp (71,4%) et Instagram (56,1%) !

Difficile de comparer ce classement avec celui établi en 2021, Meta ayant modifié fin 2021 les stats accessibles depuis ses outils en libre service, voire ses données de base.

Mais on remarquera tout de même, en plongeant dans nos archives, que Facebook était début 2021 à 81,1%, Messenger à 69,8%, Whatsapp à 62,5% et Instagram à 53,1%.

N’empêche : les Belges restent très Meta… Y compris quand on les interroge sur les plateformes qu’ils préfèrent.

Facebook : volume et usages en baisse

En Belgique, l’audience publicitaire du navire amiral de Meta atteint désormais 6,4 millions de Belges, soit 54,9% de la population ou 64,3% des plus de 13 ans… contre 69,7% il y a un an. Et parmi les utilisateurs de Facebook, il y a désormais 52% de femmes (contre 50,7% il y a un an).

L’accès mobile à Facebook, lui, est toujours plus important. Une majorité des membres du réseau social dominant se connectent à présent uniquement via smartphone (51,2%), contre à peine 4% uniquement via ordinateur.

Par ailleurs, on notera que le comportement des Belges sur Facebook est en légère régression puisque le nombre de clics « like » par utilisateur est passé de 15 à 13 par mois. Le nombre de commentaires est passé de 8 à 7 par mois (10 pour les femmes, contre 4 pour les hommes). En revanche, la moyenne d’un seul partage par tête de pipe et de 18 clics par mois sur une publicité sont stables.

Mais il y a pire comme signaux de recul… Au niveau des pages Facebook, le taux d’engagement, calculé par rapport au nombre de fans de la page au moment de sa publication, a atteint O,08% en janvier 2022, contre 0,16% un an plus tôt. Les images atteignent un taux d’engagement de 0,17% (vs 0,28% il y a un an), les textes seuls de 0,1% (vs 0,25%), les vidéos 0,09% (contre 0,16%) et, avec 0,05% en moyenne (vs 0,1% en janvier 2021), les liens restent… les maillons faibles.

Messenger recule mécaniquement

Messenger, historiquement lié à Facebbok, semble lui aussi perdre des plumes, avec un taux de pénétration des plus de 13 ans passé de 56,5% à 53,2%, ce qui représente tout de même 5,3 millions de Belges (45,5% de la population).

Quant à l’autre messagerie de Meta, Whatsapp, elle touche actuellement 71,4% des 16-64 ans, à peine moins que Messenger (72%).

Instagram toujours en hausse

Conrairement à ce qu’avait annoncé une agence belge il y a quelques semaines, Instagram n’est pas en recul ! Son taux de pénétration chez les 13 ans atteint désormais 51,2%, contre 54,4% en janvier 2021. Cela représente aujourd’hui 5,1 millions de Belges (43,8% de la population). Dont 52% de femmes, contre 55,3% un an plus tôt.

LinkedIn : +4,9%

LinkedIn compte à présent 4,3 millions de membres en Belgique, contre 4,1 millions un an plus tôt (+4,9%). Et parmi ceux-ci, il y a 56,4% de comptes créés par des hommes, à peine moins qu’en 2021 (56,8%). 

En zoomant sur la population adulte, le taux de pénétration est de 46,3%, contre 44,3% en janvier 2021. Mais on rappellera que, sur LinkedIn, seuls 45 à 50% des membres sont véritablement actifs/ves.

TikTok à 2,91 millions… de plus de 18 ans

D’après l’étude de We Are Social / Hootsuite toujours, TikTok (groupe ByteDance), qui n’était pas mesuré l’an dernier, compte à présent 2,91 millions de membres belges… de plus de 18 ans (31,3% de la population majeure). Dont 56,7% de femmes.

Snapchat croît encore

Snapchat, lui aussi, poursuit sur sa lancée, en revendiquant désormais 3,35 millions de Belges sur sa plateforme (52,7% de femmes), en hausse de 3,1%. Cela représente 33,7% des 13+, contre 32,8% l’an dernier. Ou 28,8% de la population.

Pinterest désépinglé

Longtemps considéré comme un outsider atypique et discret, Pinterest, recule. La plateforme de découverte touche désormais 2,7 millions de Belges (-8,6%), dont 76,8% de femmes.

Twitter se remplume

Quant au petit oiseau bleu de Twitter, il s’est remplumé, pour retrouver son poids d’avant confinement. Soit 1,35 millions de twittos belges. Ou 13,6% des 13 ans et plus (contre 10,3% en 2021).

Certaines de ces statistiques pourraient intéresser votre réseau ? N’hésitez pas à partager cet article !

Xavier Degraux

L’étude « Belgique » de We Are Social / Hootsuite

L’étude « Monde » de We Are Social / Hootsuite

You might also like