Résultats financiers 2019 de Facebook Belgique : entre déclaration fiscale et réalité...

Facebook Belgique a publié ses résultats financiers 2019. Ils sont en très forte hausse… Mais restent bien en-dessous de la réalité. Voici les chiffres officiels de la filiale belge. Et nos propres estimations.

Les médias belges ne les ont pas (encore ?) relayés. Mais les derniers résultats financiers annuels de Facebook Belgique viennent bel et bien de tomber. Et ils sont en forte augmentation par rapport à 2018.

Facebook Belgique : fortes hausses des résultats

En 2019, la filiale belge du réseau social dominant a dégagé un bénéfice net de 2,37 millions d’euros, en hausse de 149%. Sa marge brute d’exploitation a atteint 9,79 millions d’euros (+70%), sur un chiffre d’affaires de 87,19 millions d’euros (+111%). Et son bénéfice avant impôts s’est élevé à 3,54 millions d’euros (+138%).

Les résultats de Facebook Belgique font état, du coup, d’1,18 million d’euros d’impôts au titre de l’exercice, contre 0,54 million d’euros un an plus tôt (+118%).

Pour 2020, malgré l’épidémie de COVID-19, Facebook Belgique « ne prévoit pas d’impact négatif important sur sa capacité à poursuivre ses activités et sur ses résultats et sa rentabilité ».

Intéressants mais peu révélateurs

La publication de ces résultats, audités par EY et accessibles via la Centrale des bilans, est très intéressante, dans la mesure où Facebook ne communique quasiment aucune information sur ses activités locales.

Mais ces chiffres sont aussi très peu révélateurs de ses réelles activités belges. Pour plusieurs raisons.

D’abord, le groupe créé et piloté par Mark Zuckerberg est particulièrement agile, y compris en matière d’ingénierie fiscale. La plupart de ses activités européennes passent, comme ceux de la plupart des géants de la tech, par l’Irlande et son taux d’imposition favorable de 12,5%. 

Ensuite, seuls les grands comptes belges sont facturés au niveau local… Donc le périmètre d’activités n’est pas correctement défini.

Enfin, Facebook a le tour pour plomber la rentabilité de ses filiales, à coup de redevances technologiques et autres fees.

Estimations pour Facebook Belgique

Alors, combien pèse réellement Facebook Belgique ?

Difficile à dire évidemment… Mais le rapport 2019 du groupe offre une clé intéressante. Facebook y avait indiqué qu’en Europe, chacun de ses utilisateurs lui avait rapporté en moyenne 44,14 dollars, soit 37,32 euros par personne et par an.

Sur cette base, et si l’on estime à 7 millions le nombre de membres du réseau social en Belgique, le chiffre d’affaires belge de Facebook 2019 s’établirait à 261,24 millions d’euros.

Si l’on reste dans la spéculation, en conservant les 35% de marge qu’a enregistré Facebook en 2019, on atteint 91,43 millions d’euros de résultat avant impôts. Et donc des impôts au taux de 29% de 26,52 millions d’euros. Soit 22,47 fois plus qu’établi.

Facebook France comme modèle ?

A l’heure où la filiale française de Facebook a accepté un redressement fiscal de 104 millions d’euros pour ne pas avoir déclaré au fisc les revenus réellement générés dans l’Hexagone avant 2018, la Belgique…zzZZzz….

“Facebook va payer de plus en plus d’impôts en France. Et c’est normal, a récemment déclaré le patron de la filiale française Laurent Solly dans le Parisien. À beaucoup d’égards désormais Facebook est aussi une entreprise française, il était donc normal de changer notre système de déclaration fiscale. Nous n’avons pas attendu qu’il y ait un texte ; nous l’avons fait à notre initiative ! C’était une question de justice. »

Alexis Lebedoff, le patron de Facebook Belgique (21,4 équivalents temps plein, soit 25 employés à fin 2019), pourrait-il adopter le même discours ? En attendant un nouveau gouvernement, Alexander De Croo, Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, pourrait-il l’y pousser ?

Xavier Degraux

Write a response … Close responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like