Pourquoi Meta paiera très peu d’impôts en Belgique pour 2022…

Meta (Facebook, Instagram, Messenger, Whatsapp…) paiera moins de 0,5 million EUR d’impôts en Belgique pour l’exercice 2022. Voici pourquoi.

En Belgique, le bénéfice net de Facebook a baissé de 52,8% en 2022, à 1,56 million EUR, apprend-on à la lecture du bilan annuel que la filiale noire jaune rouge du groupe Meta vient de déposer à la Banque Nationale de Belgique.

Le chiffre d’affaires annuel de Facebook Belgium, qui occupait 53 employé.e.s fin décembre 2022, a quant à lui grimpé de 14,35%, pour s’établir à 120,98 millions EUR.

Au passage, il est permis de s’interroger sur la faible hauteur des revenus déclarés par Meta en Belgique, vu le nombre de ses abonnés et vu les autres chiffres-clés qui circulent dans le marché. Mais soit, passons.

Comment expliquer la faiblesse (apparente) de la rentabilité nette de Meta en Belgique ? Tout simplement par des jeux d’écriture internes, qui permettent notamment à Meta de réduire son assiette fiscale « locale ».

Marketing digital et réseaux sociaux

Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle gratuite !

Je m’abonne

Pour 2022, par exemple, face à des ventes et prestations de 120,98 millions EUR, la filiale a chiffré le coût de ces ventes et prestations, dû au groupe, à 118,92 millions EUR (+17,6%). Je facture, tu me factures…

496.766 EUR d’impôts en Belgique

Résultats ? Un bénéfice d’exploitation d’à peine 2,06 millions EUR, soit une marge opérationnelle d’1,7%, alors que celle du groupe Meta se situe dans le même temps à 24%. Et des impôts de… 496.766 EUR, contre 1,35 millions EUR pour 2021 (-63%).

Vous avez bien lu: l’ensemble des activités de Meta en Belgique l’an dernier ne rapportera même pas 0,5 million EUR d’impôts directs à l’Etat belge !

Heureusement qu’en 2017, Mark Zuckerberg avait annoncé qu’il allait « payer plus d’impôts localement », mettant ainsi un terme à une forme d’optimisation fiscale fortement décriée, en particulier en Europe, où Meta avait décidé de réunir ses filiales en Irlande en 2010.

0,9 million EUR d’indemnités de licenciement

Etonnamment, dans son bilan annuel certifié par E&Y, Facebook Belgium n’a porté aucun frais de restructuration à l’actif, alors que toute l’équipe commerciale belge, composée d’une vingtaine de personnes à l’époque, avait été licenciée mi-novembre dernier, le groupe Meta ayant annoncé quelques jours plus tôt un plan mondial de réduction d’effectifs visant environ 11.000 personnes.

Hors bilan, par contre, dans les annexes, on trouve cette phrase : « Les rémunérations, les charges sociales et les pensions comprennent des indemnités de départ d’un montant de 904 927 EUR pour les employés concernés. La Société a été indemnisée de ces dépenses par sa société mère faîtière. Cette indemnisation est enregistrée en « Services et autres biens ».

Xavier Degraux

Vous pourriez aussi aimer