Dans la nuit du 6 au 7 mars, Mark Zuckerberg s’est fendu d’une looooooongue note intitulée « A Privacy-Focused Vision for Social Networking ». Au-delà de la forme très révélatrice de cette communication et de son timing, le fond du message est important… si on lit entre les lignes.

Dans cette petite analyse à chaud, je vais tenter de dégager 5 enseignements spécifiques pour les digital marketers :

1. Messageries

Le message le plus clair adressé aux digital marketers tient en deux.. mots marques. Messenger et WhatsApp, pris en exemples, sont clairement à investir de toute urgence !!!

2. Publicités

En centrant plus que jamais les développements de la galaxie Facebook sur les messageries (Messenger, WhatsApp, Instagram Direct), voire en les unifiant, Zuckerberg va accélérer la bascule entre les messages organiques (gratuits) et les annonces payantes… tout en raréfiant les points de contact entre les annonceurs et les utilisateurs de la plateforme, donc en dopant la valeur unitaire. Digital marketers, préparez-vous à ouvrir davantage votre portefeuille et apprenez au plus vite à créer des messages pertinents… dans le contexte de relations one-to-one, privées. #BonneChance

Capture d’écran publicité Facebook

3. Stories

Après avoir purement et simplement copié le format des Stories créé par Snapchat et l’avoir amené à une autre dimension via Instagram (en asphyxiant de la sorte Snapchat), la compagnie de Mark Zuckerberg va plus que probablement imposer ce format de contenus éphémères un peu partout (pages, groupes, Insta, Work), y compris sans doute dans WhatsApp. Ami.e.s digital marketers, si vous ne maîtrisez pas encore l’art des stories, hier était le bon moment pour vous lancer ;-!

4. Paiement

Zuckerberg n’a pas confirmé dans sa note la création d’une cryptomonnaie made in Facebook. Mais ses intentions en matière de paiement via Facebook est claire. « Nous voulons tous pouvoir payer de manière confidentielle et sécurisée », a-t-il écrit. Si vous avez des clients avec e-shop, le moment est venu de créer une galerie dans Facebook, condition sine qua non pour exister sur les autres plateformes du géant, Instagram en tête. Si ce n’est pas (encore) le cas, forcez la réflexion sur ce que les paiements via Facebook peuvent permettre (à vos clients).

5. Confiance

Bien que les scandales à répétition aient largement écorné l’image de Facebook (et par extension de tous les GAFA), les utilisateurs n’ont pas fui en masse. Ou disons plutôt que les statistiques officielles de Facebook n’en montrent pas les effets plus que probables : usage réduit, déplacement vers d’autres plateformes, dont WhatsApp et Insta (voir infographie), et vieillissement.

Zuckerberg semble prendre conscience de l’ampleur du problème et vient d’envoyer un message au marché de type « Nous allons vers un réseau plus sécurisé, plus fermé, avec moins de données privées à disposition et donc moins de possibilités de ciblage, mais ce sera un réseau plus sain que jamais. »

Peut-on lui faire confiance ? L’histoire ne joue clairement pas en sa faveur. C’est d’ailleurs pour cela qu’il veut désormais l’effacer…

Traduction finale : ne construisez pas votre empreinte digitale en pariant (uniquement) sur Facebook.

Xavier Degraux

Vous pensez que ce billet peut intéresser un.e collègue ? N’hésitez pas à le partager !

Write a response … Close responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like