Existe-t-il d’importantes différences d’audiences entre Facebook et Instagram en Belgique ? Réponses tout en comparaisons grâce à l’étude exclusive menée par SoPrism…

Les pros du marketing digital le savent… Parmi les critères qu’ils/elles doivent prendre en considération pour sélectionner intelligemment les réseaux sociaux sur lesquels positionner leur marque, leur entreprise ou leur institution, la socio-démographie et les centres d’intérêts des cibles visées occupent une place prépondérante. 

Malheureusement, sur un petit marché comme la Belgique, les données à se mettre sous la dent sont rares, voire lacunaires. En particulier celles accessibles aux indépendants et aux PME.

D’où l’importance, toujours en Belgique, de l’étude annuelle de We Are Social/Hootsuite/GWI…  et de celle de la start-up louviéroise spécialisée dans l’intelligence d’audiences SoPrism.
 
C’est précisément dans cette deuxième analyse de référence, centrée par SoPrism sur les deux réseaux sociaux phares du groupe Meta, Facebook et Instagram, que j’ai pioché les données suivantes… En primeur pour vous (merci à Jonathann et à toute l’équipe !).

Alors, quelles différences y a-t-il entre les audiences d’Instagram et de Facebook en Belgique ? Voici, rassemblés en 7 différences, les chiffres-clés, basés sur la « population » belge du groupe Meta âgée de plus de 13 ans.

Instagram vs Facebook en Belgique : nombre de membres actifs (exclusifs et communs)

En Belgique, Instagram attire chaque mois 4,2 millions de personnes, alors que Facebook continue à régner en maître sur le marché belge, avec 7,3 millions de membres.

Pour rappel, dans l’étude de We Are Social/Hootsuite/GWI qui remonte à janvier et qui était basée sur la même population des 13+, Instagram était pointé à 4,5 millions de membres et Facebook à 6,9 millions.

Si l’on prend en considération l’ensemble des membres d’Instagram et de Facebook en Belgique, on obtient un total de 8,3 millions. Parmi ces personnes, 12,1% seulement sont exclusivement actifs/ves sur Instagram, 49,4% uniquement sur Facebook et le solde (38,5%) sur les deux plateformes.

« Constate-t-on la même chose au niveau mondial ? », me demanderez-vous. Eh bien non, pas du tout, la Belgique est atypique ! Sur les 3,07 milliards de personnes présentes sur Instagram et Facebook, 27% sont présentes sur les 2 réseaux, 18,6% uniquement sur Instagram et 54,4% exclusivement sur Facebook.

Instagram vs Facebook en Belgique : question de genre

Au niveau planétaire toujours, les données de SoPrism confirment qu’Instagram séduit une audience plutôt féminine (51,7% des 1,4 milliards de membres), et Facebook un public plus majoritairement masculin (58,3% des 2,5 milliards de membres).

Et en Belgique ? On observe pas tout à fait les mêmes tendances. Si 53,7% des 4,2 millions de membres belges d’Instagram sont des femmes, ce sont elles qui dominent également du côté de Facebook, avec 50,7% des 7,3 millions de membres.

Instagram vs Facebook en Belgique : pyramides des âges

Que ce soit du côté d’Instagram ou de Facebook, les audiences analysées sont (nettement) plus âgées en Belgique que dans le monde.

Pour le dire avec des chiffres, sur le marché belge, 57,9% des membres d’Instagram ont moins de 35 ans, contre 70% au niveau mondial. Et sur Facebook, c’est 39,7% de moins de 35 ans en Belgique, alors qu’au niveau planétaire on se situe à 60%.

On rappellera au passage que, d’après une autre étude récente de GWI, en Belgique, la moyenne d’âge actuelle sur Instagram est de 33,9 ans, alors qu’elle est de 39,9 ans sur Facebook.

Instagram vs Facebook en Belgique : Oost, West, Facebook best

Le groupe Meta peut associer plusieurs langues à un profil, en fonction de son usage de la plateforme (publications moteur de recherche, interactions…). N’empêche : il est possible de constater de sérieuses différences des deux côtés de la frontière linguistique belge.

Facebook est beaucoup plus francophone qu’Instagram, davantage fréquenté par des profils néerlandophones, alors qu’environ 41% des membres des deux plateformes utilisent (aussi) la langue anglaise.

Instagram vs Facebook en Belgique : des membres en couple ou célibataires ?

De tous les peuples de l’empire Meta, les Belges comptent probablement parmi les plus généreux/ses en matière de données personnelles. En tout cas en ce qui concerne leur statut amoureux. Ce n’est pas compliqué : en Belgique, 44,3% des membres d’Instagram et 47,9% des membres de Facebook ont mentionné leur statut relationnel, contre respectivement 32,9% et 35,6% au niveau mondial.

Et, et, et ? Et les Belges sont aussi les membres qui s’affirment le plus « en couple ». Sur Instagram, 69,9% des Belges sont « en relation » (vs 56,5% tous pays confondus), et sur Facebook, c’est 71,4% (contre 59,6% au niveau mondial). Si vous avez des explications…

Instagram vs Facebook en Belgique : styles de vie affinitaires 

L’outil de SoPrism permet d’aller encore plus loin. Parmi une flopée de styles de vie prédéfinies, l’entreprise louviéroise est capable de faire ressortir notamment des affinités particulières.

Ainsi, sur Instagram, les Belges sont bien plus conscients que la moyenne mondiale de leur propre image. Ils adorent davantage les animaux de compagnie, sont plus sportifs/ves, dingues d’adrénaline et de fitness.

Sur Facebook, les membres Belges se distinguent davantage du côté de la parentalité, de l’amour pour la technologie, le shopping, les sciences et l’environnement.

Instagram vs Facebook en Belgique : les thématiques

Enfin, sans dévoiler ici les marques les plus aptes à séduire les Belges sur Instagram et Facebook (contactez SoPrism de ma part ;-)), signalons que l’étude permet d’analyser très finement les univers thématiques les plus porteurs sur les deux plateformes en Belgique.

Avec quelques surprises… ou pas. La politique, la cuisine bio, le théâtre, la maison connectée et le basketball sont beaucoup plus Instagram que Facebook. A l’inverse, la sécurité en ligne, les fast food, les artistes, les logiciels et le tennis résonnent davantage sur Facebook.

Xavier Degraux

Pour recevoir l’étude complète…

L’étude complète de SoPrism, qui analyse également les marchés français, italien et américain, est disponible via un formulaire accessible sur le site de l’entreprise.

Write a response … Close responses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like