Timing, format, @mentions, #hashtags, lien, interaction… Comment publier comme un.e pro sur Linkedin ? Voici les réponses, étude à l’appui.

Publier du contenu sur Linkedin depuis un profil ou une page peut s’avérer extrêmement efficace. Pour démontrer votre expertise, engager une conversation avec vos cibles, fidéliser vos relations et abonnés…

Dans tous les cas, la qualité et la pertinence du contenu partagé sur Linkedin sont essentielles pour sa visibilité. C’est LE critère n°1 de viralisation. Et de loin ! Mais ce n’est pas le seul : l’algorithme de Linkedin « impose » également quelques bonnes pratiques (timing, format, @mentions, #hashtags, lien, interaction…).

C’est précisément dans cette optique d’optimisation que mon confrère et partenaire hollandais Richard van der Blom a lancé une étude et analysé, avec une horde d’étudiant.e.s et quelques outils (Sprout Social, Shield…), pas moins de 4500 statuts.

J’en résume ici les principales conclusions, en 10 chiffres-clés :

1. Un SSI d’au-moins 75

75… C’est le score du Social Selling Index (SSI) à partir duquel vos publications sont boostées par Linkedin. Pour info ou rappel, le SSI est une sorte de bulletin de votre activité Linkedin, uniquement accessible par vos soins via www.linkedin.com/sales/ssi.

Au-dessus de 75 de SSI, Linkedin offre une sorte de prime de visibilité à vos publications. Autrement dit : la diffusion de votre contenu sera automatiquement élargie, par rapport à la moyenne. De quel ordre ? De 25% si votre SSI se situe entre 75 et 90 et de 50% s’il atteint entre 90 et 100.

2. De 3 à 9 #hashtags

Accompagnez vos publications de 3 à 9 hashtags pour gagner en visibilité, quand vous publiez sur Linkedin pour le moment. Leur position dans votre texte n’a pas d’incidence. En revanche, leur popularité bien, à la marge. Un hashtag populaire (testez-les dans le moteur de recherche) dope encore la portée d’un contenu.

Formation

Apprenez à utiliser Linkedin comme un.e pro

découvrez le programme

3. Entre 40 et 60% de prime pour les documents

Alors que beaucoup des 3,5 millions de Belges actifs.ves sur Linkedin pensent encore que les photos ou vidéos sont les contenus les plus favorisés par Linkedin, l’étude confirme que les documents (PDF) sont les formats les plus porteurs. Et plus encore depuis mai, lorsque Linkedin a introduit dans son algorithme la notion de « dwell time » (traduction libre : « temps bien dépensé »), basée sur la durée de l’attention sur sa plateforme.

Concrètement, par rapport à la moyenne des autres formats, la prime de visibilité des PDF se situe entre + 40 et +60%.

4. Entre 8 et 10h du matin

Linkedin, qui est en train de déployer son nouveau design et de nouvelles fonctionnalités, tient fortement compte du taux d’engagement des posts durant leurs deux premières heures pour décider si, oui ou non, il amplifie leur portée parmi vos relations de 1er niveau… et au-delà.

Comme un statut Linkedin qui génère rapidement de l’engagement a plus de chance d’être viralisé, le timing de sa diffusion est capital.

Alors, quel est le meilleur moment pour poster sur Linkedin ? D’après cette étude (et beaucoup d’autres), entre 8 et 10h du matin en moyenne, les jours de semaine. En particulier le mardi.

Et si le samedi et le dimanche sont les jours les moins fréquentés sur Linkedin (50% par rapport à l’audience observée du lundi au vendredi), le volume de publication n’y est que d’un quart. Il y a donc des fenêtres de tirs intéressantes le week-end…

5. La moitié des comptes mentionnés doivent réagir

Mentionner des profils et des pages dans vos statuts, en les @taguant, ne rime pas systématiquement avec visibilité accrue.

En réalité, tout dépend de la réaction des comptes mentionnés.

Si au moins 50% d’entre-eux interagissent avec votre publication, Linkedin la favorisera. Dans le cas contraire, quand ils restent passifs, voire refusent la mention, boom, pénalisation ! En-dessous de 25% de réactivité aux mentions, l’étude évoque une perte de 20 à 30% des impressions.

6. Ajouter un lien… après publication

Les réseaux sociaux détestent que « leurs » membres en détournent d’autres de leurs plateformes, en publiant des liens externes à leurs plateformes. Linkedin suit la même logique, même si publier un lien en statut n’est plus aussi pénalisé depuis le début du règle du « dwell time » qu’en 2019 (10 à 15% de visibilité en plus).

La tactique à suivre, dès lors, est la suivante : vous postez votre statut (document, vidéo, photo, sondage…) sans le moindre lien. Puis, après quelques secondes, vous modifiez votre post en y incluant la fameuse URL dont vous attendez tant (trop ;-!).

La technique du « lien dans les commentaires » est donc clairement à bannir ! Tout comme l’idée de multiplier les liens (-25% de visibilité pour deux liens, -40% pour trois liens…).

7. Susciter les commentaires et y réagir dans les 24 heures

Parmi les trois interactions majeures, c’est le commentaire que vous devez absolument rechercher, en particulier dans les deux premières heures de diffusion (voir plus haut).

Le « like » et ses déclinaisons n’atteignent jamais 50% de l’impact des commentaires. Et ces mêmes commentaires pèsent 8 fois plus lourd, dans l’algorithme de Linkedin, que les simples partages.

Commentaires, commentaires, commentaires, donc. Et si, en plus, vous répondez aux commentaires générés dans les 24 heures par des commentaires, puis que vous commentez votre propre post le lendemain de sa diffusion, alors là…

8. Des vidéos de 30 à 60 secondes

L’étude confirme que les vidéos de 30 à 60 secondes, postées directement sur la plateforme (ou via Vimeo), sont celles qui génèrent le plus de vues (de min. 6 secondes). Et même 20 à 40% de plus qu’en 2019 en termes de visibilité et d’engagement, d’après l’étude.

Montée en puissance du mobile oblige, le format carré et les sous-titres sont également corrélés positivement à la visibilité des vidéos.

Formation

Apprenez à utiliser Linkedin comme un.e pro

découvrez le programme

9. Articles : 70 à 90% de visibilité… EN MOINS !

Depuis quatre ans, la visibilité des articles (et non des posts) publiés sur Linkedin est absolument dérisoire. L’étude met un chiffre sur cette réalité absolument incompréhensible pour moi : 70 à 90% de portée en moins que la moyenne des statuts. Ce qui classe les articles à la dernière place des contenus à privilégier sur Linkedin pour gagner en visibilité/portée :

  • Texte avec document : +40 à +60%
  • Texte seul ou texte avec image unique : +25 à +50%
  • Vidéo native (ou lien Vimeo) : +20 à +40%
  • Lien externe dans un post : -10 à -30%
  • Sondages : -10 à -30%
  • Autres Options pré-programmées (féliciter, trouver un expert, ajouter un profil…) : -25 à -50%
  • Lien YouTube : – 30 à -55%
  • Articles (posts longs) : -70 à -90%

10. Pas 2 posts en « vie »

À quel rythme publier ? Si je recommande souvent entre 1 et 3 publication(s) à valeur ajoutée par semaine depuis un profil et entre 2 et 4 statuts par mois depuis une page, les statistiques montrent surtout que Linkedin ne souhaite pas afficher deux publication issues du même compte dans la timeline.

Autrement dit : ne publiez pas de nouveau statut tant que votre publication précédente n’a pas fait l’essentiel de sa « vie », sous peine de voir votre post précédent perdre entre 20 et 50% de sa visibilité.

Xavier Degraux



Write a response … Close responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like