Médias sociaux : conseils et formations
Tél. +32 (0)478.359.356

Belgique : 7 nouvelles statistiques pour comprendre le trafic internet

Belgique : 7 nouvelles statistiques pour comprendre le trafic internet

Où en est le trafic internet belge ? Les smartphones et les tablettes ont-ils pris le pas sur les bons vieux ordinateurs (portables) ? Et, si oui, quels jours de la semaine, et à quelles heures ? Quels navigateurs les Belges préfèrent-ils ? Et quel système opérationnel mobile la Belgique privilégie-t-elle : iOS ou Androïd ?

C’est pour répondre à ce genre de questions, utiles pour les professionnels du web, que Semetis, une agence belge spécialisée en analytics et en référencement, a mis en ligne un projet ouvert,riche de millions de données. Une base de données logiquement baptisée How We Browse, dans laquelle il est possible de piocher pour en tirer (au moins) 7 enseignements.

1. Le trafic mobile est toujours minoritaire

En octobre 2015, les Belges se sont connectés à internet via un appareil mobile dans 34,7% des cas (20,9% via smartphones et 13,8%  via tablettes). C’est 7,5 points de pourcentage de plus qu’un an plus tôt, et 33,4% qu’en mars 2011… Mais c’est toujours loin, très loin, de la moyenne mondiale (52,7%, selon Statita). La Belgique est donc clairement en retard…

2. Le smartphone creuse l’écart avec les tablettes

Comme au niveau mondial, et dans les mêmes proportions, l’usage des smartphones pour se connecter au web en Belgique, en hausse de 7,8% par rapport à octobre 2014, fait de plus en plus d’ombre à l’usage des tablettes (en recul de 0,3 point sur un an). C’est que les phablettes, plus personnelles, se sont généralisées… Sur 100 connections mobiles au web en octobre 2015, 60,3 étaient faites depuis un smartphone.

3. Ordis = pas seulement au boulot ; mobiles = tout le temps

Mobile dès le lever, partout, tout le temps, tablette en soirée… N’empêche : au-delà du discours ambiant, l’ordinateur reste le moyen n°1 pour se connecter au web en Belgique quelle que soit l’heure de la journée, quel que soit le jour de la semaine.

4. Smartphones et tablettes en miroirs

En zoomant sur les heures et les jours d’utilisation des seuls mobiles, on s’aperçoit que l’effet « miroir » est total, comme des aimants qui se repoussent mutuellement. Autrement dit : smartphones et tablettes, c’est l’un OU l’autre. Et si le coude-à-coude est le plus évident entre 20 et 22h, c’est toujours le smartphone qui l’emporte. Et l’avenir lui appartient, comme en témoignent les ventes en recul de tablettes.

5. Connexions mobiles : iOS devant Androïd !

L’écart se réduit… Mais en Belgique, le système opérationnel mobile d’Apple (iOS) continue à devancer celui de Google (Androïd), à 54% (on était même à 70% en mars 2012). C’est atypique : au niveau mondial, Androïd trône désormais à plus de 65% des connexions mobiles à Internet, contre 41% en Belgique !

Par ailleurs, si on élargit les recherches à l’ensemble des systèmes opérationnels, ordis et mobiles compris, on notera le recul de Windows (-8 points en un an), au profit d’iOS et, plus encore, d’Androïd.

6. Chrome accélère; Internet Explorer recule… vite !

Autre mauvaise nouvelle pour Microsoft : le navigateur Internet Explorer (IE) recule… vite (-8 points en 12 mois). Sur le podium, IE a même cédé sa deuxième place à Safari (Apple), alors que Chrome (Google) dépasse désormais les 38% (+6 points).

7. Goooooooooooooooooogle

Enfin, et sans réelle surprise quand on connait l’amour moutonnier des Belges pour les marques leader (souvenez-vous des parts de marché hallucinantes de Nokia en Belgique; ou celles d’Apple, voir plus haut), le moteur de recherche Google maintient son ultra-domination, à 96%, contre un « petit » 70% au niveau mondial. Et sur le seuls mobiles, on grimpe même à 98% !

À vous…

Laquelle de ces stats vous surprend le plus/le moins ? Partagez vos commentaires juste ci-dessous…

Et si vous trouvez ces stats intéressantes, merci de les partager 😉

Xavier Degraux (@xdegraux)

Xavier Degraux

Consultant, formateur et conférencier en médias sociaux et en marketing de contenu, Xavier Degraux accompagne des entreprises, des institutions, des marques et des personnalités dans leurs développements numériques.


Laisser un commentaire